L’épicerie – coin légumes

Je pense bien être en voie de correspondre à ce que l’on considère une adulte.

Un trouble, léger.

Je porte des talons hauts au travail. Les cheveux blancs se multiplient sur ma tête. La plupart de mes amis sont mariés, fiancés ou copropriétaires. J’ai des maux de dos chroniques. Le désordre m’énerve de plus en plus. J’énonce des choses comme: « je pense que je vais m’acheter une belle petite salade pour dîner ». Je me suis rendue compte récemment que je parais mon âge — ou plus.

Et, avec mon conjoint, nous établissons peu à peu des approches alimentaires efficaces et responsables. C’est super excitant; on se donne souvent des high five à ce sujet.

L’année dernière, avec Sophie et son mari, nous nous sommes initiés aux paniers de légumes, et avons été conquis. Cette année, Caroline et son mari, Mé et son fiancé se sont convertis aussi*.  Les Jardins de l’Arpenteuse fournissent à leurs partenaires des légumes — et quelques fruits — biologiques, de la fin juin à la mi-novembre. Ceux-ci sont cultivés dans une ferme de Hatley, dans les Cantons de l’Est; la distance pour le transport est donc relativement courte, jusqu’à Montréal. (Les ours polaires sont contents.) Ainsi, de charmants employés de la ferme apportent une abondance de sympathiques produits de toutes formes et couleurs chaque semaine à un point de chute dans notre quartier. Tellement d’abondance, en effet, qu’on fait très bien de partager les vivres à deux ménages. Le surplus de notre moitié de panier dure souvent plus d’une semaine, mais grâce à sa fraîcheur, on ne perd quasiment rien. Ce qui est bien super, c’est que la diversité des légumes force la créativité, et inspire merveilleusement des menus plein de vitamines: radis, courges, fines herbes, aubergines, chou frisé, miam miam miam.

Mais maintenant que l’hiver est arrivé et qu’on a épuisé notre dernier chou (hier), va-t-on se tourner vers les paniers plus variés, mais moins locaux, de Pousse L’Ananas, une fruiterie de la Plaza Saint-Hubert? Certaines serres offrent des paniers hivernaux, mais les légumes racine pendant six mois, ça finira tôt ou tard par manquer d’attrait…

On tergiverse donc un peu. Quelle stratégie légumière adopter, en hiver?

*Comptez-vous réitérer l’expérience à l’été 2014, d’ailleurs?

Advertisements

3 réflexions sur “L’épicerie – coin légumes

  1. Ping : L’épicerie — coin viande, coin poisson | Le pamplemousse picoté

  2. Ping : Petits gestes verts | Le pamplemousse picoté

  3. Ping : La première récolte | Le pamplemousse picoté

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s