Une revue de février

Voilà notre deuxième édition de notre revue mensuelle…

Et vous, qu’avez-vous fait d’intéressant pendant le mois de février?

Quelques livres…

Quelques sorties…

  • Resto: Les Canailles (Ontario/Bourbonnière) – ambivalence… un foie gras et un service impeccables (apportez votre vin, d’ailleurs!), mais un plat principal et un dessert pas si convainquants
  • Microbrasserie: EtOH (Jarry/Saint-Denis) – sympathique!
  • Théâtre: Coeur (Robert Lepage) (La Tohu) – deux d’entre nous l’ont trouvé moins bon que Pique dont il garde l’ingénieux dispositif scénique; l’une a préféré Coeur au premier volet de la tétralogie.
  • Cinéma: Inside Llewyn Davis (Ethan et Joel Coen) – des personnages parfaits, comme c’est toujours le cas chez les frères Coen, et une trame sonore délicieuse!
  • Escapade: l’auberge Le Florès à Shawinigan – tout à fait charmant!

Quelques recettes gagnantes…

Quelques articles intéressants…

Quelques incitations à se pelotonner dans le sofa…

Le chat du mois…

Charlotte et les Olympiques

Charlotte n’est pas impressionnée par les patineurs artistiques.

Quelques choses auxquelles on a hâte en mars…

  • le PRINTEMPS!
  • le temps des sucres
  • un certain shower de bébé
  • l’anniversaire d’une petite soeur chérie

Quelques objectifs pour mars…

  • Solen: trouver la meilleure recette de pouding de chia
  • Caro : apprendre une berceuse au piano
  • Sophie: coudre des rideaux
  • Mé : trouver une recette pour soulager mes mains qui sont accablées d’eczéma et qui me démangent….
Advertisements

De l’hydratation efficace des lèvres

Savez-vous quel est le meilleur soin des lèvres du monde? C’est tout simple! et pas mal miraculeux.

(Voyez plutôt:)

lèvres sèches

lèvres sèches et mornes

photo 2

lèvres hydratées et pulpeuses!

Trempez un coton-tige dans l’huile d’olive. Plongez dans le sucre blanc. Frottez sur les lèvres pour enlever les peaux mortes et hydrater parfaitement en un tournemain! Donnez à vos êtres chers plein de doux bisous, des bisous, des bisous (et chantez la toune de Philippe Katerine).

Pour une hydratation plus portable, je ne jure quant à moi que par Burt’s Bees, le seul baume que j’aie trouvé qui ne contienne pas de pétrole — pétrole qui, comme chacun doit s’en douter, remplit les craques dans une fugace sensation d’hydratation, pour mieux ensuite flouer la lèvre en l’asséchant davantage! Connaissez-vous d’autres marques chouette comme ça?

Quand Monsieur le facteur fait ta journée

Recevoir des lettres, c’est excitant.

Recevoir des colis, ce l’est encore plus.

Mais recevoir une couche achetée en rabais d’un nouveau fabricant canadien qui ajoute au paquet une carte de remerciement signée à la main et un sachet de thé, c’est le bonheur total.

Lil helper

Pssstt… Pour les amatrices de couches lavables, l’offre (30% de rabais + livraison gratuite) est encore valide si vous aimez la page facebook de Lil helper! Je vous en offrirais bien une critique, mais pour ça, faudra attendre la naissance de Petit Chat…

La technique du no-poo : essai timide et sortie rapide

Depuis que Solen m’avait parlé, il y a longtemps, de sa nouvelle technique de lavage de cheveux, j’avais bien envie d’essayer à mon tour. Un petit tour sur la blogosphère et les commentaires de plusieurs amatrices de no-poo (pour no shampoo) ont achevé de me convaincre. Ma bouteille de shampoing à délicieuse-odeur-de-banane du Body Shop en étant à ses derniers milles, j’ai décidé de plonger à mon tour.

J’ai copié la recette de Solen pour le bicarbonate (d’autres blogueuses proposent différentes proportions de bicarbonate / eau) et j’ai décidé de combiner cela à un rinçage au vinaigre (environ 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre de pommes pour 500 ml d’eau). En effet, j’ai lu que c’est le mélange du shampoing et du rinçage qui garantit la réussite de l’entreprise : le bicarbonate de soude étant basique et le vinaigre, acide, c’est la combinaison des deux (pas en même temps, bien sûr, on se souvient tous de nos expériences avec les volcans au primaire!) qui permet au cuir chevelu de conserver un PH équilibré. J’ai ajouté à cela un massage à l’huile d’argan pure (et bio) sur mes pointes au sortir de la douche, comme je le faisais déjà auparavant (c’est qu’elles ont besoin de soins, ces pointes, depuis mon effet ombré de l’an dernier!).

En ce qui concerne la fréquence des lavages, je ne lave déjà mes cheveux qu’aux trois jours. Je décide donc de ne rien changer à ces habitudes pour le moment.

Voici donc le journal de bord de mon entrée timide dans le monde du no-poo.

Lavage 1

Jour 1 : Le séchoir à peine déposé sur le comptoir, mes cheveux sont magnifiques. Pas d’électricité statique, pas de cheveux fous, et une apparence incontestablement propre! Je suis réjouie!

Jour 3 : Mes racines sont grasses, mon toupet me fait honte, j’ai des pellicules. Vivement le lavage du lendemain.

Lavage 2

Jour 1 : Toujours le même magnifique effet qu’après le premier lavage.

Jour 3 : Youpi, mes cheveux sont sales, mais rien n’y parait (ou en tout cas, pas plus qu’au jour 3 de ma routine habituelle!)

Lavage 3

Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais mes racines sont restées grasses, mon cuir chevelu me démange et mes pointes sont ultra-sèches! Je passe trois jours les cheveux attachés, le toupet relevé, déprimée. Et je me brosse beaucoup les cheveux pour bien répartir mon sébum…

Lavage 4

Après l’étape du bicarbonate, toujours sous la douche, je m’aperçois que mes pointes semblent garder la même apparence désastreuse que la dernière fois. J’applique donc une noix de revitalisant sur les extrémités avant de passer au rinçage au vinaigre.

Le résultat est satisfaisant en apparence, mais, au toucher, la texture de mes cheveux et de mon cuir chevelu me déplait. C’est à la fois un peu rêche et un peu gras. 

Lavage 5

J’abandonne. N’ayant plus de shampoing, j’utilise celui pour homme de Monsieur (des organes masculins apparaitront-ils sur mon corps? C’est à suivre…) et planifie une visite à la pharmacie ce soir pour faire l’acquisition d’un nouveau produit…

Je suis pas mal déçue, je l’avoue. Je sais que certaines obtiennent de super résultats avec le no-poo et j’avais vraiment envie que ça marche. Aurais-je dû poursuivre mon essai? Sans doute. Il n’en demeure pas moins que je me sens incontestablement mieux aujourd’hui, après un shampoing traditionnel.

Je conclus de cette expérience que :

  • J’ai beau être grano et vouloir utiliser des produits naturels, mon apparence est trop importante pour moi pour que j’accepte de faire des sacrifices sur ce plan;
  • Je suis un peu trop paresseuse pour utiliser une technique qui demande de la préparation avant chaque shampoing;
  • J’aiiiime la mousse et l’odeur des cheveux après un bon shampoing. Je ne suis pas certaine d’être prête à sacrifier cela.

Le grand point positif de toute cette histoire? Je me suis rendu compte, au cours de ces deux semaines, que mes armoires étaient pleines de produits de beauté aux listes d’ingrédients inquiétantes et incompréhensibles. J’ai donc pris la résolution d’acheter, au fil des bouteilles qui se termineront, davantage de produits plus doux pour mon corps et pour la planète. En espérant que ça ne fasse pas trop mal au portefeuille!

Prochaine étape : j’aimerais me trouver un shampoing relativement naturel, pas trop cher, et efficace. Des suggestions? (En attendant, j’avoue avoir un coup de coeur pour le fameux shampoing de Monsieur : Clear Men, scalp therapy. Je pense aller me le chercher en version pour femmes (tsé, d’un coup qu’il me pousse du poil de chest!), d’autant plus qu’une blogueuse beauté que je suis assidument en a récemment fait une excellente critique…)

Des jeans

Tous mes jeans se sont défuntisés en même temps, en l’espace de quelques mois. Tous déchirés, tachés ou déformés. On ne se rend pas compte à quel point le jean est essentiel, dans la vie.

Je suis donc depuis cet automne vainement à la recherche d’un jean qui serait la perfection. Pas noir, pas coloré, pas de bleu bizarre (concept bien flou, je sais, même pour moi), pas faussement délavés ou déjà déchirés, pas trop synthétiques, pas de fesses plates. Un jean classique, donc, mais appétissant. Dans mon esprit, s’est formée une vague image d’une allure très cool, un peu bohème, un peu rétro. Le skinny est toujours tentant, mais pas véritablement classique (peut-être un peu trop l’uniforme des années ’10)… Le boot cut serait-il seyant? La taille haute aplatit-elle toujours le postérieur? L’évasé n’est-il pas incommode?

Bon, il faut les essayer; c’est la seule vraie solution à ces graves questionnements. Mais avec toutes les pelures que l’hiver oblige, on dirait que la cabine me tente moyen.

On commence par le web, alors:

(Soit dit en passant, voici de beaux échecs côté traduction. Certains sites n’offrent même pas d’équivalent français à leurs noms de produits, alors que d’autres (H&M) proposent un drôle de tour de passe-passe: ainsi, le Straight Regular Jeans devient, en «français», Jean Straight Regular. Plus que boboche.)

Mais revenons aux choix qui s’offrent ici à nous: pour l’instant, je crois pencher davantage vers le 4, le plus classique du lot. Et vous?

Ah, et puis il y a celui-là qui me fait des clins d’yeux, avec ses fines rayures. Dommage qu’il soit hors-catégorie (car pas assez passe-partout!). En plus, il est fait au Canada, par une compagnie montréalaise.

Où donc trouvez-vous vos jeans, les amies?

Le gâteau-dans-une-tasse

Je ne suis habituellement pas de celles qui ne peuvent se passer de sucré. En fait, quand je ne suis pas enceinte, je prends rarement du dessert. Apparemment, la bibitte que je porte a les gènes de son père, comme je me plais à le dire, parce que là, je suis sur le bord d’être accro… Voici où entre en scène le gâteau-dans-une-tasse, merveilleux délice qui se prépare en cinq minutes au micro-ondes. Ma recette (inspirée de celle-ci):

Gâteau-dans-une-tasse au chocolat et à la cannelle

pour 1 portion

Ingrédients
3 cuillères à soupe de farine
2 cuillères à soupe de cassonade 
3 cuillères à thé de cacao
1/2 cuillère à thé de cannelle (environ)
1/4 cuillère à thé de poudre à pâte
3 cuillères à soupe de lait
1 cuillère à soupe d'huile de canola
1 goutte de vanille
Préparation

IMG_2175

Dans une tasse, mélanger la farine, la cassonnade, le cacao, la cannelle et la poudre à pâte. Ajouter le lait, l’huile et la vanille, puis remuer avec une fourchette jusqu’à ce que la pâte soit relativement lisse. Cuire le gâteau au micro-ondes à high, de 45 à 55 secondes (mon micro-ondes est une mauviette: je le laisse plutôt 55 secondes). Laisser reposer 5 minutes pour que le gâteau finisse de cuire. Déguster avec calme ou voracité, selon l’envie!

L’autre jour, je n’avais plus assez de cacao. Comme j’avais déjà commencé la préparation, je me suis dit: « Qu’à cela ne tienne! J’improvise! » (à voix haute, pis toute, oui.). J’ai donc ajouté une pincée de muscade au mélange et un morceau de chocolat noir sur le dessus, afin qu’il fonde pendant la cuisson. Résultat: divin! Il me vint alors à l’idée de concocter, la fois suivante, une version pomme-épices: ici encore on omet le cacao et, en plus de la muscade, 1 cuillère à soupe de compote de pommes remplace la moitié de l’huile. Autre résultat divin.

J’en viens donc à la conclusion que les variations sont infinies! Voilà qui est fort enthousiasmant.