La technique du no-poo : essai timide et sortie rapide

Depuis que Solen m’avait parlé, il y a longtemps, de sa nouvelle technique de lavage de cheveux, j’avais bien envie d’essayer à mon tour. Un petit tour sur la blogosphère et les commentaires de plusieurs amatrices de no-poo (pour no shampoo) ont achevé de me convaincre. Ma bouteille de shampoing à délicieuse-odeur-de-banane du Body Shop en étant à ses derniers milles, j’ai décidé de plonger à mon tour.

J’ai copié la recette de Solen pour le bicarbonate (d’autres blogueuses proposent différentes proportions de bicarbonate / eau) et j’ai décidé de combiner cela à un rinçage au vinaigre (environ 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre de pommes pour 500 ml d’eau). En effet, j’ai lu que c’est le mélange du shampoing et du rinçage qui garantit la réussite de l’entreprise : le bicarbonate de soude étant basique et le vinaigre, acide, c’est la combinaison des deux (pas en même temps, bien sûr, on se souvient tous de nos expériences avec les volcans au primaire!) qui permet au cuir chevelu de conserver un PH équilibré. J’ai ajouté à cela un massage à l’huile d’argan pure (et bio) sur mes pointes au sortir de la douche, comme je le faisais déjà auparavant (c’est qu’elles ont besoin de soins, ces pointes, depuis mon effet ombré de l’an dernier!).

En ce qui concerne la fréquence des lavages, je ne lave déjà mes cheveux qu’aux trois jours. Je décide donc de ne rien changer à ces habitudes pour le moment.

Voici donc le journal de bord de mon entrée timide dans le monde du no-poo.

Lavage 1

Jour 1 : Le séchoir à peine déposé sur le comptoir, mes cheveux sont magnifiques. Pas d’électricité statique, pas de cheveux fous, et une apparence incontestablement propre! Je suis réjouie!

Jour 3 : Mes racines sont grasses, mon toupet me fait honte, j’ai des pellicules. Vivement le lavage du lendemain.

Lavage 2

Jour 1 : Toujours le même magnifique effet qu’après le premier lavage.

Jour 3 : Youpi, mes cheveux sont sales, mais rien n’y parait (ou en tout cas, pas plus qu’au jour 3 de ma routine habituelle!)

Lavage 3

Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais mes racines sont restées grasses, mon cuir chevelu me démange et mes pointes sont ultra-sèches! Je passe trois jours les cheveux attachés, le toupet relevé, déprimée. Et je me brosse beaucoup les cheveux pour bien répartir mon sébum…

Lavage 4

Après l’étape du bicarbonate, toujours sous la douche, je m’aperçois que mes pointes semblent garder la même apparence désastreuse que la dernière fois. J’applique donc une noix de revitalisant sur les extrémités avant de passer au rinçage au vinaigre.

Le résultat est satisfaisant en apparence, mais, au toucher, la texture de mes cheveux et de mon cuir chevelu me déplait. C’est à la fois un peu rêche et un peu gras. 

Lavage 5

J’abandonne. N’ayant plus de shampoing, j’utilise celui pour homme de Monsieur (des organes masculins apparaitront-ils sur mon corps? C’est à suivre…) et planifie une visite à la pharmacie ce soir pour faire l’acquisition d’un nouveau produit…

Je suis pas mal déçue, je l’avoue. Je sais que certaines obtiennent de super résultats avec le no-poo et j’avais vraiment envie que ça marche. Aurais-je dû poursuivre mon essai? Sans doute. Il n’en demeure pas moins que je me sens incontestablement mieux aujourd’hui, après un shampoing traditionnel.

Je conclus de cette expérience que :

  • J’ai beau être grano et vouloir utiliser des produits naturels, mon apparence est trop importante pour moi pour que j’accepte de faire des sacrifices sur ce plan;
  • Je suis un peu trop paresseuse pour utiliser une technique qui demande de la préparation avant chaque shampoing;
  • J’aiiiime la mousse et l’odeur des cheveux après un bon shampoing. Je ne suis pas certaine d’être prête à sacrifier cela.

Le grand point positif de toute cette histoire? Je me suis rendu compte, au cours de ces deux semaines, que mes armoires étaient pleines de produits de beauté aux listes d’ingrédients inquiétantes et incompréhensibles. J’ai donc pris la résolution d’acheter, au fil des bouteilles qui se termineront, davantage de produits plus doux pour mon corps et pour la planète. En espérant que ça ne fasse pas trop mal au portefeuille!

Prochaine étape : j’aimerais me trouver un shampoing relativement naturel, pas trop cher, et efficace. Des suggestions? (En attendant, j’avoue avoir un coup de coeur pour le fameux shampoing de Monsieur : Clear Men, scalp therapy. Je pense aller me le chercher en version pour femmes (tsé, d’un coup qu’il me pousse du poil de chest!), d’autant plus qu’une blogueuse beauté que je suis assidument en a récemment fait une excellente critique…)

Advertisements

11 réflexions sur “La technique du no-poo : essai timide et sortie rapide

    • Bonne idée! Je n’ai pas trop l’habitude de fréquenter cette boutique parce qu’elle me donne mal à la tête (trop d’odeurs dans un si petit espace!), mais j’ai entendu de super bons commentaires sur leurs produits. Merci!

  1. Moi j’utilise la gamme de produit SnobGirls. Ça a l’air cher sur le site (j’ai mis le lien plus bas), mais chez Max&Co., chaque bouteille de 1L est aux alentours de 25$. Pour la grano, c’est un charmant compromis; il est vegan, sans sulfate, sans phosphate et sans parabène. Si vous allez lire un peu sur le site, vous verrez que leur mandat de bannir les produits chimiques au maximum est plus que clair! Comme tout shampooing professionnel, l’équivalent d’un 25 sous pour une chevelure moyenne suffit. L’application du shampooing devrait se faire de la racine vers les pointes (presque pas sur les pointes, surtout si elles sont sèches!) et le revitalisant l’inverse (JAMAIS de revitalisant aux racines, c’est ce qui rend les cheveux gras!). Finir le tout à l’eau froide n’est pas agréable mais scelle vraiment bien les cuticules du cheveu, emprisonnant autant les nutriments que la couleur. De plus, le PH de ce shampooing est tellement neutre qu’il peut aussi servir de gel de corps et celui que j’utilise a un petit . J’ai eu la chance de tester beaucoup de shampooings professionnels et j’ai définitivement eu un coup de coeur pour cette marque!

    http://www.snobgirls.com/Default.aspx

    Autre option vraiment chouette, mais attention, les parfums sont plus intenses: http://www.pureology.com/

    Et encore, si vous êtes grano mais avec plus de budget:
    http://www.johnmasters.ca/

    P.S. Les filles, ÉCOUTEZ VOS COIFFEUSES ET COIFFEURS! Un shampooing professionnel légèrement plus dispendieux que votre shampooing habituel vous fera économiser au final. En respectant la règle du 25 sous, vous pourrez espacer vos lavages (se laver les cheveux tous les jours, c’est pas super bon…) et gardez votre couleur belle plus longtemps car les shampooings professionnels traitent toujours la couleur. Au final, votre shampooing professionnel peut vous coûter exactement la même chose que votre shampooing de pharmacie. Suffit de bien choisir.
    Moi par soucis environnemental, j’ai arrêté de me teindre les cheveux. Quand on voit le nombre de litres d’eau par jour gaspillés pour rincer les couleurs en salon, ça donne mal à l’âme…

    • J’ai essayé la gamme Pureology (justement après avoir fait mon effet ombré) et j’ai été vraiment déçue des résultats, même si j’avais pris spécifiquement les produits qui m’étaient recommandés par la coiffeuse. J’ai jasé shampoing avec ma nouvelle coiffeuse, et elle me disait qu’elle-même (et le proprio du salon, coiffeur depuis 25 ans) trouvait que les produits de salon, c’était de l’argent dépensé pour rien. Elle me recommandait plutôt de me tourner vers les shampoings qu’on retrouve en boutique de produits naturels. (Il va sans dire que je fréquente un salon qui ne vend pas de shampoing 😉 ) Bref, je ne sais pas trop quoi penser de tout cela, mais je serais bien prête à essayer celui de Snobgirls. Merci du conseil!

      En ce qui concerne l’application du shampoing et du revitalisant, je pratique déjà religieusement les trucs que tu donnes 😉 Ça fait effectivement toute la différence!

      • Moi Pureology, je trouve surtout que ça sent fort et trop  »madame »… et personnellement, ça me coûte moitié moins cher qu’avant depuis que j’utilise des shampooings professionnels. Vrai calcul, factures à l’appui. Juste en utilisant moins de produit parce qu’il est plus efficace, ça vaut le coup (combien de fois on s’est noyées les mains de shampooing pensant que  »plus y’en a, plus ça lave »!). Pour ce qui est d’une coiffeuse qui trouve que les shampooings professionnels sont du gaspillage, si elle en vend pas dans son salon, effectivement elle a pas avantage à dire à ses clients que c’est bon (c’est une raison suffisante de changer de salon!). Mais sans vouloir remettre en question tout ça, juste pour l’entretien des couleurs, oui le shampooing fait une différence. Essayer d’entretenir un blond très pâle pour ne pas qu’il tourne au jaune, ou un roux pour qu’il reste vibrant, c’est impossible sans un shampooing professionnel. Ce qui se vend en pharmacie est souvent trop dilué. Et même en produits naturels, rien ne permet malheureusement encore d’entretenir les blonds comme du  »mauve ben chimique »; même John Masters n’empêchait pas mon blond de jaunir quand j’avais des mèches…

  2. Ma coiffeuse m’avait conseillé Nioxin, que j’ai beaucoup utilisé pendant un temps, mais que j’ai arrêté d’utiliser pour une seul raison bête : pour l’acheter, il faut aller en salon, et mon nouveau salon de coiffure (à côté de la maison) n’en vend pas. Je suis paresseuse.

    J’ai commencé à utiliser les produits de la compagnie Honest, après en avoir lu quelques bonnes critiques. Ils font de tout (produits pour cheveux, savon, produits nettoyants, détergent, etc. – un peu comme Attitude) et tu peux t’abonner à un panier (dont le contenu est modifiable à ta guise) livré chez toi aux mois ou aux 6 semaines. C’est pas donné (c’est une compagnie américaine, le shipping est cher), mais cette option est tentante, étant donné ma sus-mentionnée paresse.

    Ils font même des couches, culottes d’entraînement et lingettes plus écolo que les Pampers et autres, pour ceux qui voudraient utiliser des jetables de temps en temps en se sentant moins coupable… 😉

  3. Ping : Astuces capillaires : Pain de shampooing | Le pamplemousse picoté

  4. Ping : Petits gestes verts | Le pamplemousse picoté

  5. J’avais lu aussi pas mal de trucs sur le no Poo et ça m’avait interpellée … J’ai également tenté l’expérience sauf qu’au bout d’une dizaine de jours, la cata capillaire … Cheveux secs et pellicules ! La totale quoi … Ma coiffeuse m’a conseillée plutôt de moins mettre de produit (shampoing ou après Shampoing) et de les démêler avec l’après sur les cheveux pour ne pas casser mes pointes sèches …

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s