La salade niçoise

salade niçoiseJustement, nos parents avaient récemment déambulé sur la promenade des Anglais. On a remplacé le thon traditionnel par des crevettes, et on a composé une assiette tout estivale.

Advertisements

Obsessions télévisuelles : Outlander

Je l’attendais depuis longtemps, cette télésérie-là.

Le premier livre de Diana Gabaldon est paru en 1991, mais je l’ai découvert pour la première fois dans la bibliothèque de mon école secondaire (y a-t-il un meilleur lieu pour échapper aux bullys?). Dès la première lecture, j’ai été conquise par le romantisme (mais un romantisme qui ne verse PAS dans le quétaiiiiine!!), les personnages (un personnage féminin à la personnalité forte! un homme en kilt!) et par l’histoire en général.

Outlander (ou Le chardon et le tartan, si vous préférez lire la version française) est l’histoire de Claire, une infirmière qui décide, suite à la fin de la Seconde Guerre mondiale, de partir en deuxième voyage de noces à Inverness avec son mari, Frank.  Un après-midi, alors qu’elle visite un cercle de pierres en périphérie du village, elle se retrouve 200 ans en arrière. Elle rencontre Jamie,  un jeune highlander, et se trouve forcée de l’épouser. Je sais que dit comme ça, ça a l’air d’un récit quétaine à souhait et qui peut aisément sombrer dans le sirupeux, mais l’histoire de Outlander se résume vraiment mal. Il vaut mieux lire la série pour comprendre.

Toujours est-il que, ça fait une dizaine d’années que je suis initiée aux romans de Diana Gabaldon, et il n’y a pas à dire, j’ai eu de la difficulté à contenir mon excitation à l’idée que Starz préparait une série télévisée basée sur les romans. J’ai suivi le fil Twitter de la série comme une groupie, guettant les moindres nouveaux détails. J’ai été ravie de voir que Ron D. Moore avait été choisi pour adapter la série au petit écran.  De voir que Starz avait choisi quelqu’un d’expérience (et avec quelques succès derrière la cravate, notamment BattleStar Galactica, et Star Trek First Contact). Pendant toute la préparation, j’espérais de tout coeur que la télésérie soit représentative de la série de livres et qu’elle ne verse pas dans le roman Harlequin (ce qu’un scénariste moins expérimenté pourrait faire…).

L’attente est enfin terminée (la série a débuté le 9 août dernier aux États-Unis) et j’ai enfin regardé les deux premiers épisodes (vive internet!)

Quelques amies et moi avons décidé d’en faire une soirée entre filles où thé, whisky et biscuits étaient à l’honneur.

Whisky et cookies

Whisky et cookies

Et puis? Le résultat final?

Selon ce que je peux déduire des deux premiers épisodes, la série sera délicieusement satisfaisante. Sam Heughan est Jamie (nonobstant ce que certaines critiques sur internet peuvent dire) et Caitriona Balfe incarne Claire à merveille. Le début du premier épisode est un peu long, mais comme nous avons conclu lors de notre discussion post-visionnement, la longueur était nécessaire afin d’établir correctement qui sont les personnages. La direction artistique est fantastique, et j’ai eu beaucoup de plaisir à reluquer les différents costumes (mention toute spéciale à la petite robe blanche ceinturée que porte Claire juste avant d’être transportée dans le temps).

Bref, c’est clair que je serai scotchée à mon téléviseur pour les 14 (!) prochains épisodes.

Claire et Jamie

Claire et Jamie

« Mais j’ai raté les deux premiers épisodes! Est-ce que ça vaut la peine que je m’investisse? » Bande de chanceux!!  La série débute au Canada le 24 août prochain sur la chaîne Showcase. Allez donc vous verser un petit verre de whisky et vous chercher quelques biscuits et gâtez vous!

Outlander, le dimanche à 21h sur la chaîne Showcase

La récolte qui commence à sentir l’automne

La température peut bien revenir aux normales de la saison, et le soleil ressortir, on sait bien que le sentiment de l’automne imminent est là pour rester. Un sentiment de rentrée, même si on ne va plus à l’école depuis un lustre. Un goût de cueillir des pommes, de s’acheter du thé chaï, de se blottir contre un chat.

Avec le retour de vacances et le mariage de Mé, quelques légumes ont vieilli dans la solitude sans qu’on n’y puisse grand chose. On les a réunis pour un bouillon de fondue: c’est toujours convivial.

Les petits nouveaux de la semaine, eux, recevront quand même pour la plupart un traitement estival, parce qu’il faut en profiter — absolument!

aubergines

Des aubergines

Les premières de la saison! Bien luisantes et donnant envie d’une profonde ratatouille… si seulement les poivrons étaient déjà de la partie! En attendant, on focusse sur l’été, avec un risotto aux parfums frais de citron et basilic, ou des sandwiches garnis d’aubergine grillée et de betteraves marinées (les bettes de la belle-grand-mère, évidemment).

Du maïs sucré

C’est le temps des épluchettes! On s’est acheté un gigantesque chaudron et on a fait bouillir ça dans la cour. Avec les épis restants (les amis en ont eux-même amené mille!), on pourrait faire cette salade mexicaine, ou alors, pour réutiliser notre bouillon, cette soupe d’orge, avec sa garniture au maïs caramélisé.

Un cantaloup

Il faudrait bien que je sois une personne efficace et que je le coupe en petits cubes pour des déjeuners et des collations, mais t’sais. Sinon, pourquoi ne pas en utiliser une partie dans une salade de poulet grillé?

Un melon d’eau

J’en ai déjà congelé la moitié en petits cubes que j’ai servis avec mon magique sirop de thé des bois: un dessert des plus estivaux! Pour inclure le reste dans un repas, peut-être que je ferai cette petite salade, avec du feta!

Plein de fines herbes

Mais tout plein! J’ai comme un goût, ces temps-ci, de manger moins de viande, alors cette recette de salade de pois chiches, feta et persil me conte bien des choses. Pour utiliser la sauge (une herbe avec laquelle je n’ai entretenu que peu des rapports jusqu’ici), pour me contredire sur la viande, et pour entrer un peu dans l’automne, j’essaierai cette épaule de porc braisée aux herbes fraîches.

Des concombres

Il y a toujours: plus de cornichons. Il y a toujours: la classique salade tomates-concombres-feta, dressée d’huile d’olive, de vinaigre balsamique et d’herbes. (J’ai goûté chez mes parents un feta bulgare d’une saveur à se pitcher sur les murs, d’où, sans doute, mon obsession apparente pour l’ingrédient.) Ou bien cette salade aux saveurs asiatiques prêtée à Ricardo par Ethné de Vienne, dont les mélanges d’épices (Épices de Cru) nous font tripper bien trop.

Du brocoli

C’est un des ingrédients incontournables pour notre fondue «chinoise». Ça absorbe bien le bouillon dans ses toutes petites feuilles.

Des tomates

J’ai fait l’autre jour des tomates confites pour garnir ma pizza. La pizza fut tristement ratée (une pâte trop froide, peut-être, qui n’a pas cuit), mais les tomates, bien savoureuses! Voici une méthode longue et une courte (éprouvée avec succès). Et puis, une panzanella, une salade toscane qui me tentait depuis le début de l’été: tomates, cubes de baguette de la veille (en même quantité que les tomates), concombre, échalote française (la tradition dit plutôt: de l’oignon rouge), basilic, huile d’olive, vinaigre balsamique, sel, poivre (faire reposer quelques heures au frigo). Saviez-vous que le blogue culinaire The Kitchn consacrait entièrement la semaine dernière aux tomates? Encore plein d’inspiration!

Sirop de thé des bois

sirop de thé des bois

Pendant les vacances, on est allés, mon doux compagnon et moi, se promener dans la montagne, derrière le Petit Lac. On a trouvé, avec grand bonheur, des framboises. Puis, j’ai humé le parfum subtil du thé des bois: ça annonçait les bleuets. Parmi le lichen croustillant, dans les fissures de roche, on s’est extasié sur les petits fruits, sur les feuilles douces, au goût nostalgique de peppermanne rose. On a pris rendez-vous pour une vraie cueillette, bien équipés de vieux pots de crème glacée, quelques jours plus tard.

Résultat: les framboises en confiture; un poudigne aux bleuets; et ce sirop, magique!

Sirop au thé des bois

pour 1 pot masson de nectar délicieux

Ingrédients
1 poignée de thé des bois (de préférence, témiscamien)
2 tasses d'eau 
2 tasses de sucre
Préparation

Dans une petite casserole, combiner l’eau et le thé des bois. Porter à ébullition. Retirer du feu et faire infuser pendant 15 minutes. Enlever les feuilles de l’eau. Ajouter le sucre et faire chauffer à feu moyen. Quand ça bout, baisser ce feu et faire mijoter deux-trois minutes. Laisser refroidir avant de verser dans un pot masson qu’on gardera au frigo.

S’en servir partout: le sirop accompagne à merveille les bleuets (en poudigne, mettons!), avec qui le thé des bois grandit déjà en harmonie; il complète agréablement les salades de fruits et sorbets. En mettre quelques cuillers dans son verre d’eau et avoir l’impression de boire la fraiche rosée des sous-bois témiscamiens. Et quels autres fabuleux usages encore! T’sais.

feuilles de thé des bois