Récapitulation 2014: objectif 9

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.

Objectif 9: Reprendre ma routine de tâches ménagères

Difficile.

Pleine de bonnes intentions, j’ai déjà, il y a plusieurs mois, composé un horaire des tâches ménagères à accomplir de façon hebdomadaire:

  • ménage du frigo;
  • aspirateur;
  • ménage de la salle de bains;
  • litière;
  • ménage des papiers qui traînent sur le comptoir;
  • lavage;
  • ménage du salon;
  • vaisselle qui traînerait peut-être (ou certainement);
  • ménage de la chambre.

Ça n’a marché que deux ou trois semaines.  Ah la la. Pourtant, le principe est simple: une ou deux tâches par jour; ça ne prend que quelques minutes. Je devrais avoir le temps. (Je n’ose imaginer la situation des mères… o.O)

Pff. J’ai autre chose à faire en priorité:

  • écrire;
  • courir;
  • chanter;
  • sous-titrer;
  • concocter de la bonne bouffe;
  • chiller avec Charlotte et/ou notre mâle. ♥

Récapitulation 2014: objectif 8

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.
conserves

Objectif 8: Faire tout plein de marinades!

Bon, on n’en a pas fait TOUT PLEIN. Mais on s’est procuré un tout nouveau gigantesque chaudron pour la stérilisation des bocaux, ainsi qu’une pince pour les manipuler! On est des pros.

Cet été, j’avais fait de divins cornichons.

Cet automne, on a canné nos betteraves (selon la recette imbattable de belle-grand-mère), nos poivrons (inspirés avec assez de succès par cette recette) et nos piments.

C’était une première expérience pour les piments forts, qui n’ont pas le goût escompté. On visait une saveur proche des piments bananes en pot qu’on achète à l’épicerie et qui sont délicieux dans les shish-taouks, entre autres. On a suivi à peu près cette recette, mais je crois qu’on choisira une autre sorte de vinaigre, et peut-être d’autres épices, la prochaine fois. (Des conseils?)

Récapitulation 2014: objectif 7

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.

Objectif 7: Boucler la prochaine étape d’un certain projet d’écriture

Je resterai discrète quant aux détails de cette entreprise, du moins jusqu’à ce qu’elle se réalise. (Plate de même.)

Au moment où je me suis lancé cet objectif, à la fin de l’été, je voulais finir le squelette du projet pour le faire lire à mon co-idéateur. Squelette fini. Depuis, j’ai trouvé d’autres lectrices (merci!), et avancé encore. Cette semaine, j’ai reçu des conseils judicieux et cruciaux. Un moment donné, je vais être prête à soumettre mon projet pour vrai, à des producteurs (!), et à ce moment-là, il faudra que ce soit parfait. Parfait-parfait.

C’est vrai que ça ne me dérange pas si mon premier pain pétri à la main n’est pas mangeable. La prochaine fois, il sera mieux. J’aurai appris. Le processus en lui-même est excitant.

Bon.

Sauf que c’est comme si là, j’avais mis tous les ingrédients de mon garde-manger dans la même recette. Si je veux faire un autre pain, le voyage à l’épicerie sera bien, bien long.

En tout cas. Rien ne sert de niaiser sur le bord de la piscine en n’osant même pas trempouiller un orteil dans l’eau froide (comme on dit!). Plongeons.

https://i1.wp.com/chat.canoe.com/media/canoeinfos/177_vignette.jpg

modèles et contre-modèles à la fois

 

Récapitulation 2014: objectif 6

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.
le piège

le piège

Objectif 6: Réussir à protéger le jardin contre l’écureuil gourmand

J’ai apparemment passé une partie de l’année à obséder sur mon jardin. En vain, puisque cet écureuil gourmand a sévi dangereusement. D’abord, il a coupé toutes les tiges de pousses de tournesol, si prometteuses, qui n’ont pointé que quelques jours seulement. On en avait aussi reçu dans nos paniers de légumes et c’est des plus délicieux, tout frais et croquant. Je te comprends, va, l’écureuil.

tartare garni de pousses de tournesol

des pousses de tournesol pour garnir un tartare, mettons… vrai que c’est appétissant

Quand même, sa gloutonnerie ne s’est pas arrêtée là. Malgré qu’on ait parsemé le jardin de plantes supposément anti-écureuils, suspendu des assiettes d’aluminium au-dessus, aspergé quelques légumes de Tabasco, pour voir, le rongeur a englouti tous nos concombres. Tous, sauf un. Un résistant s’est caché sous le balcon et a réussi à atteindre la maturité suffisante pour qu’on puisse le déguster, à la toute fin de l’été. Quel concombre savoureux! On s’est demandé si on devait s’attrister ou se réjouir d’avoir pu goûter à une telle réussite, alors que tous les autres étaient passés aux pattes du vil animal, qui en abandonne le plus souvent une moitié toute grignotée et terreuse.

Quelque part pendant l’été, on a posé un piège, une cage avec des pinottes au fond. On a attrapé un glouton par jour pendant une semaine. L’homme allait les relâcher très loin. D’autres revenaient. On a abandonné. Le maître du jardin, c’est l’écureuil.

Récapitulation 2014: objectif 5


Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.

les concombres

Objectif 5: Établir une bonne routine de jardinage

Mi-échec. (C’est un peu ironique, étant donné le nombre excessif d’objectifs liés au jardinage que je me suis donnés…) Je suis toujours complètement ravie à l’idée romantique de faire un jardin. Sauf que — ça ne part pas si bien — je n’aime pas me mettre les mains dans la terre (argh: sensation du sable sous les ongles!) et j’ai bien de la misère à faire prospérer mes plantes, même à l’intérieur. J’ai quand même réussi l’an passé à ce que les mauvaises herbes n’envahissent pas trop les plate-bandes: c’est un combat de tous instants contre les maudites tournicotantes qui étouffent leurs voisins et possèdent des racines infinies! Il y a aussi des affaires que je laisse pousser parce que je ne suis sûre de rien. Et puis ces maudits écureuils qui ne respectent pas nos risibles efforts d’humains pour encadrer la nature.

Ça fait quand même plaisir d’avoir une pensée pour mes fleurs et légumes en plein mois de janvier… Ah, rêves naïfs et idylliques de printemps! (Déjà.)

Récapitulation 2014: objectif 4

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.
Charlotte chillant dans le jardin

Charlotte chillant dans le jardin

 Objectif 4: Ouvrir la cour et semer le jardin

Que ça a pris du temps avant que la température soit assez clémente pour inaugurer la cour! Évidemment, on a bel et bien fini par s’y installer, et semer le jardin.

En 2014, pas de fèves (mangées par les bibittes la première année), ni de radis (ça n’avait pas été fort non plus), mais des carottes, des concombres, des betteraves, des oignons verts, des tournesols, des grosses bines mauves qui font un mur de feuilles. J’ai aussi planté des pensées orange et ensoleillées.

En 2015, on devra revoir notre stratégie. Car, comme j’en parlerai en long et en large dans les prochains billets, un adversaire de taille nous attend.

L’écureuil.

Récapitulation 2014: objectif 3

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.
2014-05-24 15.48.25 HDR

Objectif 3: Reprendre la course et battre mon record au 5 km de Longueuil

J’ai repris la course. J’ai couru 5 km à Longueuil, mais je ne sais plus trop si j’ai battu mon record. (On va dire que oui!) Au 10 km à Ottawa, par contre, là, je l’ai battu! (Voici d’ailleurs mon récit exalté.) En été, j’ai pris une trop grande pause. C’était — mochement — pour nulle autre raison que les vacances, et la chaleur. Puis, je me suis remise à l’entraînement régulier cet automne. Quel bonheur, de courir dans l’air frais et le parfum des feuilles! J’ai découvert la laine de mérinos. (Cher, le mérinos, mais tellement optimal! On n’y a jamais chaud, ni froid. Ce mouton doit vivre une bien belle vie. En plus, sa laine ne pique pas et est antibactérienne.) Je rêve d’une tenue complète en mérinos — oh! ♥

https://i0.wp.com/www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1003049-B%C3%A9lier_m%C3%A9rinos.jpg

un mouton mérinos à la robe optimale

Pour la première fois, je continue à courir l’hiver (après une pause-gigarhume) — le froid (modéré) ne me fait plus peur, avec mon armure de laine et de polyester! Et puis, toute cette expérience me permettra peut-être de viser comme objectif, en septembre 2015, d’accomplir le demi-marathon de l’Army Run, à Ottawa… De faire partie de ces gens cool (comme ma mère!)… Sauf que pour l’atteindre, cet objectif excitant, il faudra entre autres que je rallonge la durée de mes sorties. Avec l’aide de baladodiffusions assez touffues, j’ai quand même bon espoir (vivement, d’ailleurs, la deuxième saison de Serial!). Je vous tiens au courant.

photo(6)

postcourse, Charlotte et moi nous étirons