Considérations frivoles : édition préprintanière

Je crois qu’on peut s’entendre pour dire que les amateurs d’hiver ont été satisfaits cette année : plein de froid, plein de neige, encore de la neige. Et du froid. Et de la neige. Bon. Maintenant, à partir de quand est-ce socialement acceptable de se déclarer tannée de l’hiver? (Je suis tannée.)

Et donc, mon cerveau se permet de vagabonder vers des préoccupations toutes printanières. Quelques inspirations de magasinage réjouissantes (en plus, j’ai reçu récemment mon premier chèque de paie en tant que travailleuse autonome! Yé! Oui : je suis officiellement une traductrice, je pense) :

 printemps2

1. Banana Republic | 2. Betina Lou | 3. Gap | 4. Essie (Flowerista) | 5. Gap | 6. RW&CO. | 7. Timex

8. Steve Madden | 9. Joe Fresh | 10. Steve Madden | 11. RW&CO. | 12. Betina Lou | 13. Essie (Blossom Dandy)

14. Joe Fresh | 15. Joe Fresh | 16. Betina Lou | 17. Betina Lou | 18. Steve Madden | 19. Joe Fresh

Advertisements

Le décompte commence

Premier décembre. Le premier jour de l’avent. Chez nous, avec mon frère et ma sœur, nous avions un merveilleux calendrier confectionné avec amour par notre Mamie : un sapin en feutrine que nous décorions à tour de rôle d’ornements au dos velcrochés. Quelle joie de découvrir chaque matin en se levant pour l’école ce qui se cachait dans la petite pochette numérotée! De compter les jours avant d’accrocher la dernière décoration, la sublime étoile pailletée d’or!

L’année où mon neveu est né (il y a neuf ans! quelle vieille matante je suis…!), j’ai confectionné un calendrier semblable pour qu’il puisse continuer la tradition avec son papa. Puis, quand je suis moi-même devenue maman, j’en ai créé un troisième. Quelques pièces, incontournables, restent les mêmes : la douce mitaine rose, la bougie, le bas, l’ange, le père Noël… D’autres — un rat, un poinsettia, un renne — sont apparues au gré de ma fantaisie.

L’an passé, Petite Loutre, plein d’enthousiasme, aurait accroché toutes les décorations d’un coup s’il avait pu… Cette année, Bébé Loutre aura aussi son tour, mais son grand frère se portera sans doute volontaire pour placer les siennes! Et je crois bien que Maman Loutre a autant de fonne que quand elle était enfant, devant ces petites faces émerveillées…

IMG_20141201_100735797_HDR_2

Des marsupiaux

Pour ma fête, mes parents m’ont offert (en avance) un merveilleux porte-bébé Tula! Petite Loutre, je l’avais porté jusqu’à environ six mois, dans un Maman Kangourou. Ensuite, puisqu’il s’est fait beaucoup trop lourd, j’ai préféré la poussette. Mais, deux petits, ça devient plus compliqué. Fort pratique, le porte-bébé plutôt que la poussette, surtout quand nous avons à prendre les transports en commun. Et quand on a un bébé (très) colleux, ça permet aussi de faire autre chose — t’sais, manger, mettons…

J’ai aussi porté Bébé Loutre avec le Maman Kangourou, mais, avec ses proportions de Viking, il est vite devenu trop costaud pour l’écharpe (comme le tissu est extensible, c’est parfait pour les mini-bébés, mais ça peut rapidement causer des maux de dos quand la petite bête est aussi dodue que Bébé Loutre!). Le Tula, comme d’autres modèles du même type, répartit le poids sur les hanches plutôt que sur les épaules; il est donc super confortable. Et je l’adore (en plus, il est si beau!).

Par ailleurs, à essayer pour les amatrices de sport extrême : quilles et portage (selon une étude non scientifique, ça améliorerait les chances de réussir des abats, je dis ça de même)…

IMG_20140829_120813985

P.S. Porte-bébé acheté chez Planète Bébé, boutique toute charmante, où la conseillère connaît très bien son affaire!

P.P.S. Caro — en voie d’ailleurs de devenir experte en portage — vient aussi de s’acheter un ravissant Tula! #nosbébésmatchent #onestcute

P.P.S. Un document sur le portage ergonomique, trouvé ici!

La vie de jeune fille est enterrée!

Samedi, on a enterré la vie de jeune fille de . Selon ses propres termes, la journée fut épique. Après plusieurs semaines d’organisation et des dizaines de courriels échangés entre les demoiselles d’honneur, nous avions élaboré le plan idéal pour notre future mariée!

Premier arrêt: revêtues de nos plus jolies tenues de ladies anglaises, nous avons pris le thé au Reine Elizabeth. Plein de délices sur la table, mais les scones, moelleux et aériens, un peu craquants, nous ont toutes conquises. Le cadre était chic et les convives, ravies et bien excitées.

IMG_20140719_150114653_HDR_2

Scones nature et aux raisins, accompagnés de leur divine crème Devonshire; macarons aux bananes et aux pistaches, tartelettes aux fraises et éclairs au chocolat; sandwiches oeuf-concombre, dinde-roquette-dijon-canneberge et saumon fumé. Miam.

Deuxième arrêt: cours de pole dancing. Oui, oui, on a fait ça! Disons que le niveau d’enthousiasme quant à l’activité en question variait d’une participante à l’autre… Par bonheur, comme prévu par Soeur-de-Mé, celui de la principale intéressée était débordant. Un petit verre de bulles aidant peut-être, nous avons tout de même eu bien du plaisir. Et Mé a réussi son solo final avec virtuosité — la monitrice la déclara prête pour le mariage! (Watch out, Monsieur sa moitié!) (On lui conseille quand même de ne pas changer de cheminement professionnel. T’sais.)

Troisième arrêt: pique-nique crépusculaire au parc Jarry. Posées sur des nappes dépareillées, nous nous sommes régalées de salades, de fromages et de charcuteries, de limonade lime-concombre et de sangria rosée, d’un trifle estival digne d’une garden-party royale. À l’arrière-plan des conversations de filles, la fontaine illuminée au milieu du lac, les grappes de pique-niqueurs et des effluves vertes… Nous avons profité de ce charmant repas pour affubler notre princesse du jour de toutes sortes de gugusses carnavalesques et pour lui remettre une liste de défis à réaliser au cours de la soirée.

(Bébé Loutre s’était joint à nous pour cette partie de la soirée. J’ai d’ailleurs constaté ce jour-là que mon dernier-né refuse de prendre le biberon: j’ai alterné les arrêts-allaitement et les arrêts-bachelorette, donc…)

Bref, après un dernier boire, direction arrêt final: le Petit Medley sur St-Hubert où nous danserions qui toute la nuit, qui le plus longtemps que leur horaire de mère leur permettrait! Arrivées là sur le coup de minuit, nous avons failli nous transformer en citrouilles en constatant que le bar était presque vide… Cependant, la motivation de Mé à remplir ses défis n’avait d’égale que le spectacle divertissant qu’elle livrait dans son déguisement. Et, bien vite, le fougueux serveur nous offrait des shooters de Sortilège-bleuets, les noctambules envahissaient peu à peu l’endroit et le party pognait — incontestablement grâce à nous, bande de party animals s’il en fut une (haha.)! Moment marquant: non pas une, mais DEUX tounes des Backstreet Boys, à la demande de la future mariée! Nostalgie!

10420010_10152145233636601_4801801803809711085_n

Pieds de future mariée et plumes de boa sur le plancher de danse.

Et voilà. Mé a dit adieu à son état de demoiselle. La prochaine étape? Le mariage, dans deux semaines! Iiiih, on a hâte!

Maman sirène

Ce maillot n’a pas encore connu l’eau, mais il a bien hâte! (Tellement joli; en plus, il ne dévoile pas la bédaine post-bébé-loutre!)

IMG_20140724_104433683_2

 

Maillot de bain: Mimi Hammer, une marque montréalaise et éco-responsable (double yé!)

 

P.S. Après avoir vu le mien, Caro m’a fait lire ce très bon billet de Maman a un plan. Dans ma tête, c’est pas mal précisément ce qui se passe aussi.