Un thé latte mousseux, sans mousseur

thé latteMon doux conjoint avait acheté un mousseur à lait pour son studio, il y a quelques semaines. Fonne éphémère! Après quelques jours à la maison (assez pour me séduire durablement), l’appareil s’est installé définitivement au bureau. Je suis donc sans mousse depuis.

Mais voici que je tombe sur cet article du blogue de David’s Tea qui m’explique comment en faire grâce à un pot Mason! Ah! bonheur retrouvé!

Verser environ une tasse de lait (ou de lait de coco) dans un pot Mason.
Le couvercle vissé, brasser le pot avec ardeur pendant 45 secondes.
Enlever le couvercle et passer au micro-ondes 30 à 45 secondes.
(Si la mousse est tombée, rebrasser vigoureusement, puis repasser au micro-ondes.)
Verser le lait chaud, puis la mousse sur un thé bien fort ou un espresso.
En cas de grande ambition, faire un dessin dans la mousse.

Bientôt, le pantalon en lin sera portable

En réponse au billet de Sophie, il devenait indispensable que je partage, moi aussi, mon excitation frivole particulière de la saison: mon nouveau pantalon en lin!

Objectif important — et je pense que vous serez d’accord que le piège est bel et bien là : ne pas avoir l’air d’une matante (malgré la réalité, qui me rattrape).

Que pensez-vous de ces looks?

 Local MilkLady MoriartyMixed Emotions

Et le mien:

pantalon en lin à taille haute: American Apparel

 

 

Parfum de lavande

France2007 copyright Michel Charette

copyright: Michel Charette, 2007

Moi, je trouve ça excitant: mon pouche-pouche à la lavande. Le connaissez-vous? Il coûte cher, mais que de satisfaction! Il annule toutes les odeurs pernicieuses: la cigarette de ceux qui fument illégalement la porte fermée, mais que ça sent pareil à l’extérieur de la pièce (t’sais); la vieille odeur de sous-sol qui colle aux vêtements étendus pour sécher en bas de l’escalier escarpé. Dans les draps, le parfum de mon pouche-pouche rend douillet et apaise les occupants du lit. Sa vaporisation effraie un peu le chat, mais bon, reviens-en, minette!

Ce billet n’est pas commandité!

Récapitulation 2014: objectif 10

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.

Objectif 10: Écrire

Écrire pour ne pas m’endormir dans le confort de la vie ménagère, et pire. (Chercher l’équilibre dans le déséquilibre.) Écrire pour pouvoir dire: je suis une auteure. Écrire pour construire ce que je veux être.

Écrire pour faire avancer les projets qui stagnent.

Oui! Deux de mes projets arrivent presque à terme. Leurs dernières versions ont été dévoilées au monde extérieur. Est-ce que ça les rend plus concrets? J’ai plutôt l’impression qu’ils sont en attente d’approbation, même s’il ne s’agit pas des moutures finales. Ce sont des textes à jouer. Peut-être quand ils seront dits prendront-ils toute leur réalité.

En espérant les réponses de mes lecteurs, j’ai amorcé l’écriture d’un nouveau texte de théâtre. Là, je remets en question la pertinence du sujet, mais certains bouts me font plaisir à relire. J’apprends à faire preuve de rigueur dans ma méthode. J’écris, puis je verrai ce qui marche.

Écrire même dans le doute. (Composer des billets de blogue emo.) Poursuivre l’ouvrage, être freak. C’est la seule chose à faire.

Récapitulation 2014: objectif 9

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.

Objectif 9: Reprendre ma routine de tâches ménagères

Difficile.

Pleine de bonnes intentions, j’ai déjà, il y a plusieurs mois, composé un horaire des tâches ménagères à accomplir de façon hebdomadaire:

  • ménage du frigo;
  • aspirateur;
  • ménage de la salle de bains;
  • litière;
  • ménage des papiers qui traînent sur le comptoir;
  • lavage;
  • ménage du salon;
  • vaisselle qui traînerait peut-être (ou certainement);
  • ménage de la chambre.

Ça n’a marché que deux ou trois semaines.  Ah la la. Pourtant, le principe est simple: une ou deux tâches par jour; ça ne prend que quelques minutes. Je devrais avoir le temps. (Je n’ose imaginer la situation des mères… o.O)

Pff. J’ai autre chose à faire en priorité:

  • écrire;
  • courir;
  • chanter;
  • sous-titrer;
  • concocter de la bonne bouffe;
  • chiller avec Charlotte et/ou notre mâle. ♥

Récapitulation 2014: objectif 8

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.
conserves

Objectif 8: Faire tout plein de marinades!

Bon, on n’en a pas fait TOUT PLEIN. Mais on s’est procuré un tout nouveau gigantesque chaudron pour la stérilisation des bocaux, ainsi qu’une pince pour les manipuler! On est des pros.

Cet été, j’avais fait de divins cornichons.

Cet automne, on a canné nos betteraves (selon la recette imbattable de belle-grand-mère), nos poivrons (inspirés avec assez de succès par cette recette) et nos piments.

C’était une première expérience pour les piments forts, qui n’ont pas le goût escompté. On visait une saveur proche des piments bananes en pot qu’on achète à l’épicerie et qui sont délicieux dans les shish-taouks, entre autres. On a suivi à peu près cette recette, mais je crois qu’on choisira une autre sorte de vinaigre, et peut-être d’autres épices, la prochaine fois. (Des conseils?)

Récapitulation 2014: objectif 7

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.

Objectif 7: Boucler la prochaine étape d’un certain projet d’écriture

Je resterai discrète quant aux détails de cette entreprise, du moins jusqu’à ce qu’elle se réalise. (Plate de même.)

Au moment où je me suis lancé cet objectif, à la fin de l’été, je voulais finir le squelette du projet pour le faire lire à mon co-idéateur. Squelette fini. Depuis, j’ai trouvé d’autres lectrices (merci!), et avancé encore. Cette semaine, j’ai reçu des conseils judicieux et cruciaux. Un moment donné, je vais être prête à soumettre mon projet pour vrai, à des producteurs (!), et à ce moment-là, il faudra que ce soit parfait. Parfait-parfait.

C’est vrai que ça ne me dérange pas si mon premier pain pétri à la main n’est pas mangeable. La prochaine fois, il sera mieux. J’aurai appris. Le processus en lui-même est excitant.

Bon.

Sauf que c’est comme si là, j’avais mis tous les ingrédients de mon garde-manger dans la même recette. Si je veux faire un autre pain, le voyage à l’épicerie sera bien, bien long.

En tout cas. Rien ne sert de niaiser sur le bord de la piscine en n’osant même pas trempouiller un orteil dans l’eau froide (comme on dit!). Plongeons.

https://i1.wp.com/chat.canoe.com/media/canoeinfos/177_vignette.jpg

modèles et contre-modèles à la fois