Une revue de mars II

Triste mois de mars, quoique bien rempli.

Vivement la chaleur!

Quelques livres…

  • Sports et divertissements (Jean-Philippe Baril-Guérard) — très recommandable!
  • Universel Coiffure (Caroline Allard) — léger et divertissant
  • La Débâcle (Emile Zola) — pour conclure la lecture des Rougon-Macquart («check», dit Solen)

Quelques sorties…

  • Soif (Hull) — un bar à vin au ravissant décor tout en liège, au menu créatif (étonnante et délicieuse planche de carottes trois façons!)
  • Richard III (TNM) — Sébastien Ricard x Brigitte Haentjens, on aime!
  • Harricana (sur Jean-Talon) — un menu inégal (pas de frites avec la guedille!), mais un service des plus charmants; une ambiance chaleureuse!
  • Brutus (sur Beaubien) — où on mange du bacon (bien savoureux!) et où l’on se fait dire que les gars nous trouvent belles
  • Pub du Bon Vivant (Hull) — une ambiance chaleureuse, un excellent service et un menu fort intéressant
  • Marie, reine d’Ecosse (Thomas Imbach) — un personnage intéressant, mais un film somme toute un peu décevant.

Quelques recettes gagnantes…

Quelques articles intéressants…

Quelques raisons de se pelotonner dans le sofa…

  • la saison 7 de Mad Men est sortie sur Netflix!

Le chat du mois

IMG_20150321_113951232_HDR_2

L’antipathie suscitée par une personnalité horripilante est tempérée par ces moments ronronnants.

En avril, on a hâte…

  • au temps des sucres
  • au soleil printanier (et à la chaleur qui l’accompagne?)
  • à l’anniversaire d’une certaine Moitié
  • au retour (enfin!) d’Outlander
  • au premier anniversaire du Petit Chat
  • à la Grande braderie de mode québécoise

Quelques objectifs pour avril…

  • Sophie : organiser la fête d’anniversaire de Bébé Loutre
  • Caro : faire du travail de propriétaire de maison (notamment laver mes fenêtres et râcler le terrain)
  • Mé : continuer les démarches pour me trouver un emploi en Outaouais
  • Solen : faire le ménage du printemps…

Et puis nos inspirations de mars 2014, ici.

Obsessions télévisuelles : The Mindy Project

Il y a de ça quelques semaines, j’ai vu passer sur mon fil d’actualité le statut de mon ancienne prof/compagne de voyage mentionnant les mérites de la sitcom The Mindy Project. Comme je respecte énormément les goûts de cette personne (j’ai adoré The Girl With the Pearl Earring, bouquin que je n’aurais peut-être pas lu il y a quelques années n’eut été de sa recommandation), et que l’attente pour la deuxième moitié de la saison de Outlander est interminable (oh my god, qu’est-ce que j’ai hâte au 4 avril!!), je me suis dit que je passerais le temps qui reste en écoutant les premiers épisodes de The Mindy Project.

The-Mindy-Project-poster

Une semaine plus tard, j’ai écouté les deux premières saisons de bord en bord. Et j’essaie désespérément de trouver le moyen de regarder les 19 premiers épisodes de la troisième saison en ligne sans avoir à donner une fausse adresse (gah! ces sites qui restreignent géographiquement l’accès à leurs vidéos!).

Parce que Mindy, c’est bon. Les dialogues sont accrocheurs, hilarants (même Monsieur ma Moitié a pouffé de rire à plusieurs reprises pendant certains épisodes!) avec juste le bon dosage d’authenticité. J’adore les choix vestimentaires de Mindy, et la chimie entre les acteurs est indéniable. Mais ce qui me plaît le plus de The Mindy Project, c’est le personnage de Mindy. Je ne suis peut-être pas célibataire, new-yorkaise ni médecin, mais je mentirais si je disais que je ne me reconnais pas dans le personnage de la gynécologue un peu maladroite, indépendante, mais qui a quand même quelques insécurités, surtout à propos de son physique (et pourtant, ses rondeurs sont sublimes!).

Danny (Chris Messina) et Mindy (Mindy Kaling)

Danny (Chris Messina) et Mindy (Mindy Kaling)

En tant que femme qui ne correspond pas à l’image idéale projetée par les médias, je trouve rafraîchissant de voir à la télé quelqu’un qui me ressemble. Mindy est une femme forte et intelligente et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Mais elle n’est pas parfaite, et c’est ce qui rend son personnage si intéressant et si vrai.

The Mindy Project est une comédie de situation intelligente ET divertissante. Bref, un délicieux moyen de patienter jusqu’au 4 avril prochain!

The Mindy Project, les mardis à 21h30 sur la chaîne CityTV (les deux premières saisons disponibles sur Netflix)

Une revue de février II

Février fucking froid. (C’est de la poésie.)

Voici ce qu’on en a retenu.

Quelques livres…

  • Lord Jim (Joseph Conrad) — enfin fini!
  • Angels and Demons (Dan Brown) — exactement (mais exactement) le même canevas que Da Vinvi Code, et, quand même, tout aussi efficacement enlevant.

Quelques sorties…

  • Félix et Meira (Maxime Giroux) — beau film doux
  • Épopée nord (Théâtre d’Aujourd’hui) — un pièce pleine de rebondissements, agréablement amenés

Quelques recettes gagnantes…

Quelques articles intéressants…

Quelques raisons de se pelotonner dans le sofa…

  • Cosmos (Netflix) — plein de découvertes époustouflantes… à bord du Vaisseau de l’Imaginaire!
  • Prison Break (Netflix) – avec pas mal de retard… mais on est accros!

Le chat du mois

Charlotte au boulot

Classique «Chat au travail»

En mars, on a hâte…

  • au printemps!
  • au printemps!
  • au printemps!
  • de pouvoir chialer que le printemps n’arrive pas assez vite.

Quelques objectifs pour mars…

  • Sophie : Faire plus de lecture, et moins d’internet!
  • Caro : Pimper la salle à manger
  • Mé : Compléter les tests de sélection pour un emploi au gouvernement! (palpitant, je sais…)
  • Solen : Produire une version présentable de ma série…!

Et puis nos inspirations de février 2014, ici.

(Re)découvrir la bibliothèque

La bibliothèque municipale.

Ma mère m’y amenait souvent, quand j’étais petite. J’avais droit à sept livres, et je les choisissais aussi gros que possible, pour être certaine de ne pas manquer de lecture jusqu’à ma visite suivante. (C’est drôle, l’épaisseur des livres était vraiment mon premier critère! Je ne vous dis pas à quel point j’ai été ravie lorsque j’ai découvert Les filles de Caleb… vers 10 ans!)

Arrivée au cégep, j’ai eu mon premier emploi, et j’ai commencé à acheter les livres que je voulais lire, tout bonnement. Puis, j’ai complètement délaissé les bibliothèques municipales, ne fréquentant que celle de l’université pour mes travaux. (Celle de Concordia est d’ailleurs vraiment bien équipée – je prends beaucoup de plaisir à y travailler!)

C’est la naissance de Petit Chat qui m’a donné envie de renouer avec le simple plaisir d’aller à la bibliothèque municipale. Nous lui avons bien acheté quelques livres, mais comme elle et moi en regardons plusieurs tous les jours, on fait rapidement le tour de sa petite étagère. En plus, ça fait une sortie chouette par les temps qui courent, trop froids pour de longues activités extérieures.

Une belle récolte

Une belle récolte

La bibliothèque de Magog – en plus d’être fort jolie et d’offrir une intéressante programmation – possède une collection de livres pour les tout-petits qui, sans être impressionnante, a de quoi satisfaire notre appétit de lecteurs. Petit Chat a beaucoup de plaisir à découvrir les uns après les autres les livres de chaque nouvelle récolte.

Petit Chat examine un nouveau livre - et j'en profite pour shower off notre nouveau sofa!

Petit Chat examine un livre… et j’en profite pour shower off notre nouveau sofa – nah!

Allez-vous à la bibliothèque municipale, seuls ou avec les p’tits?

Une revue de janvier II

Janvier glacial où on a bien dû prendre le rythme de l’hiver. Voici ce qui nous a inspirées, et réchauffées.

Quelques livres…

  • Gardens of the Moon: A Tale of the Malazan Book of the Fallen (Steven Erikson) — Un univers complexe, bien geek, un peu opaque au départ, mais qui s’avère passionnant.
  • How To Sing (Lilli Lehmann) — Comment chanter!
  • Sports et divertissements (Jean-Philippe Baril-Guérard) — Un portrait peu élogieux du vedettariat, publié chez nul autre que Ta mère!

Quelques sorties…

  • Café Beaufort (sur Saint-Zotique) — Un beau potentiel pour y travailler l’après-midi et un menu des plus inspirants!
  • Café Mucho Gusto (sur Beaubien) — Un endroit bien sympathique pour déguster un morceau de gâteau en amoureux!

Quelques recettes gagnantes…

Un article intéressant…

Quelques raisons de se pelotonner dans le sofa…

  • Mr Selfridge (Netflix) — Une série d’époque bien divertissante!
  • La troisième et dernière saison de Call the Midwife (Netflix)

Le chat du mois

Jacques se cache-t-il du froid ou de Petit Chat?

Jacques se cache-t-il du froid ou de Petit Chat?

En février, on a hâte…

  • de se prélasser au chalet
  • de bricoler des valentins
  • de manger de la fondue au fromage, et du risotto, entre autres plats réconfortants…
  • de recevoir la visite de la Petite Belge à Magog

Quelques objectifs pour février…

  • Sophie: Confectionner des collations maison
  • Caro: Prendre l’habitude de faire du lait d’amande à la maison
  • Mé: Encore et toujours reprendre l’habitude de bouger (mais là on a une belle motivation : être en forme pour la lune de miel en mai prochain!)
  • Solen: Approfondir l’expérimentation du pain pétri à la main

Et puis nos inspirations de janvier 2014, ici.

Récapitulation 2014: objectif 7

Pour faire un petit retour sur cette première année de pamplemousses, j’ai décidé de passer en revue les objectifs, nonos ou essentiels, que je m’étais donnés chaque mois.

Objectif 7: Boucler la prochaine étape d’un certain projet d’écriture

Je resterai discrète quant aux détails de cette entreprise, du moins jusqu’à ce qu’elle se réalise. (Plate de même.)

Au moment où je me suis lancé cet objectif, à la fin de l’été, je voulais finir le squelette du projet pour le faire lire à mon co-idéateur. Squelette fini. Depuis, j’ai trouvé d’autres lectrices (merci!), et avancé encore. Cette semaine, j’ai reçu des conseils judicieux et cruciaux. Un moment donné, je vais être prête à soumettre mon projet pour vrai, à des producteurs (!), et à ce moment-là, il faudra que ce soit parfait. Parfait-parfait.

C’est vrai que ça ne me dérange pas si mon premier pain pétri à la main n’est pas mangeable. La prochaine fois, il sera mieux. J’aurai appris. Le processus en lui-même est excitant.

Bon.

Sauf que c’est comme si là, j’avais mis tous les ingrédients de mon garde-manger dans la même recette. Si je veux faire un autre pain, le voyage à l’épicerie sera bien, bien long.

En tout cas. Rien ne sert de niaiser sur le bord de la piscine en n’osant même pas trempouiller un orteil dans l’eau froide (comme on dit!). Plongeons.

https://i1.wp.com/chat.canoe.com/media/canoeinfos/177_vignette.jpg

modèles et contre-modèles à la fois

 

Obsessions télévisuelles : Broadchurch

Avec le froid qui s’installe tranquillement, toutes les excuses sont bonnes pour s’emmitoufler et se pelotonner sur le sofa et regarder la télé.

Comme Outlander ne revient pas à l’écran avant le 4 avril prochain, je dois user d’imagination pour meubler l’attente. J’ai commencé par regarder la quatrième saison de Once Upon a Time, qui, je dois l’avouer, m’a légèrement déçue (l’introduction de Elsa et Anna du film La Reine des neiges était un peu awkward dans une série qui se targue de n’utiliser que des contes classiques, malgré une intrigue accrocheuse), puis, j’ai butiné de série en série (merci Netflix!) en attendant le début de la cinquième saison de Downton Abbey (les dimanches à 21h sur PBS).

Puis, après avoir entendu de bons commentaires sur la télésérie Broadchurch, Monsieur ma Moitié et moi avons décidé de laisser la chance au coureur.

Eh bien, les amis, quelle bonne décision nous avons prise!

Broadchurch raconte l’histoire d’un petit village côtier du Dorset où le corps d’un jeune garçon de 11 ans vient d’être retrouvé sur la plage. Dans un village où tout le monde se connaît, la nouvelle a l’effet d’un boulet de canon.  Le poste de police fait alors appel aux détectives Alec Hardy (David Tennant) et Ellie Miller (Olivia Colman) afin de résoudre le mystère entourant la mort du garçon.

L’intrigue est vraiment bien ficelée, et les acteurs offrent une performance toute en nuances. Il est intéressant de voir la façon dont est traitée la mort d’un enfant.  Broadchurch a pris le parti de montrer l’effet du meurtre d’un d’un enfant sur sa famille dans tous ses aspects: l’effet sur le couple, sur la famille, les amis, la tristesse, mais aussi les moments de joie. La direction photo est sublime et offre de magnifiques images du village.

Ellie Miller (Olivia Colman) et Alec Hardy (David Tennant)

Ellie Miller (Olivia Colman) et Alec Hardy (David Tennant)

Monsieur ma Moitié et moi avons terminé la première saison (disponible sur Netflix!) de huit épisodes en une semaine seulement, et quelle ne fut pas notre joie de constater que la deuxième saison commence le 11 janvier à 22h sur Showcase!

Sur ce, je vais aller faire une femme de moi, et chausser mes patins…  parce que malgré le froid, j’ai quand même envie de profiter un peu des joies de l’hiver! Et puis, n’y a-t-il pas de meilleure excuse pour justifier une soirée pyjama ensuite? 😉

Bon visionnement!