Pique-nique sylvestre : La transformation

Six mois depuis le plus beau jour de ma vie.

Six mois pour décanter tout le bonheur ressenti ce jour-là.

J’ai des milliers de choses à dire, et des dizaines de photos que j’ai envie de montrer au monde entier (mes amis facebook pourront confirmer!), et pourtant si je n’ai pas encore pris le temps de parler de ces merveilleux moments ici, c’est que je ne sais tout simplement pas par où commencer.

Je crois qu’il faut d’abord que je déconstruise la journée en petites bouchées plus faciles à avaler. Et la façon la plus facile de le faire, c’est sans doute d’y aller en ordre chronologique. Alors voilà.

La veille, j’avais posé la tête sur l’oreiller en envoyant un petit mot à ma grand-maman : « Grand-maman, j’ai si hâte à demain.  S’il te plaît, si t’as le contrôle sur la météo, envoie-moi un peu de soleil, d’accord? »  J’ai programmé mon alarme pour 7h le lendemain matin et j’ai dormi (ce qui en soi est étonnant… jamais de la vie j’aurais pensé dormir la veille de mon mariage… et pourtant.)

J’ai un vague souvenir de m’être réveillée et habillée en vitesse, d’avoir avalé un déjeuner (des toasts? probablement.) et d’avoir attendu mes demoiselles d’honneur. E. est arrivée pile à l’heure, comme à son habitude, avec ses choses et notre gâteau de noces. Une fois les demoiselles d’honneur arrivées (avec Sophie en moins, qui devait s’occuper d’une Petite Loutre avec la varicelle ET d’un Bébé Loutre affligé du pied-main-bouche! — nous avons quand même convenu de nous rencontrer un peu plus tard au salon, tsais) nous nous sommes mises en route vers le salon de coiffure où nous allions passer la matinée à passer de everyday ordinary à wedding day extraordinary.

solen_eli

E. et Solen qui dégustent de délicieux sandwiches et crudités gracieusement fournies par E. ou ma soeur, je ne me souviens plus très bien…

Nous sommes évidemment arrivées d’avance, et j’ai un vague souvenir de pain au raisin et de fromage à la crème consommés dans une voiture dans un quartier résidentiel d’Ottawa. Ce dont j’ai un souvenir plus clair par contre, c’est du calme relatif que j’ai ressenti pendant toute la matinée. Étrangement, je n’étais pas nerveuse, et j’avais tout simplement hâte de devenir Mme Moitié.

Quand l’heure de notre rendez-vous est enfin arrivée, nous nous sommes dirigées vers le minuscule salon où Allison allait me transformer en princesse.

sophie

Sophie transformée! Elle est jolie, hein?

La maquilleuse s’est perdue et est arrivée pas mal plus tard que prévu, ce qui nous a mis un peu en retard (mais je ne lui en veux pas, fallait vraiment savoir où on allait, c’est un peu retiré, comme salon de coiffure) et c’est un peu à ce moment-là où j’ai commencé à devenir un peu nerveuse.  Pas à cause de la cérémonie, mais plutôt parce que je savais que les photographes nous attendaient à La Grange et que je m’en voulais de les faire attendre (ouin je sais).

Quelques mois auparavant, j’avais travaillé avec la coiffeuse pour concrétiser le look que je recherchais.  J’avais des visions de Lady Mary lors de son mariage, les cheveux remontés, de l’élégance classique, romantique à souhait.  Nous en sommes venues à un résultat assez près de ma vision, et franchement, une fois le serre-tête et le voile posés sur ma tête, j’ai vraiment été ravie du résultat.

En ce qui concernait les demoiselles, je ne leur avait pas donné de consignes particulières, sinon que je cherchais une esthétique romantique et douce. Comme les robes étaient identiques, j’ai simplement demandé aux demoiselles de se trouver une chaussure nude comfortable et je leur ai donné carte blanche en ce qui concerne les accessoires. Avec le recul, je crois que l’effet est assez réussi, car malgré le fait qu’elles soient toutes coiffées différemment, il y a tout de même une certaine cohésion dans le groupe (et qu’on se le dise, chacune d’entre elles sont absolument splendides!).

cover_photo3

Des tresses, du volume, des cheveux ondulés…. mais qu’est-ce qu’on était ravissantes! — Crédit photo Isabelle Bouchard et Laureleen Debat, Abelle Photographie

Une fois transformées, nous sommes montées dans la voiture de E et nous nous sommes dirigées vers La Grange où la journée commencerait pour vrai.

Un fragment de pique-nique dans les bois

Être sur appel et ne pas se faire appeler a des avantages inopinés.  Comme enfin avoir le temps (et la motivation!) d’accrocher le cadre confectionné pour le mariage.

Dès le début des préparatifs, je savais que je voulais incorporer des éléments de nos familles dans la déco.  En survolant Pinterest, j’ai trouvé une superbe idée de composer un montage avec les photos de mariage de nos parents et de nos grands-parents. Quand, en fouinant chez Zone un après-midi d’été, je suis tombée sur un magnifique multicadre au fini vieillot, cette idée s’est vite concrétisée.

Je suis si heureuse du résultat, et le cadre avait une place de choix à La Grange, en entrant, tout près de la cage à cartes.

La table de cadeaux lors du Pique-nique sylvestre

La table de cadeaux lors du Pique-nique sylvestre — Crédit photo : Tom Nash

Depuis le Pique-nique sylvestre, j’ai hâte de lui trouver une place dans la déco à la maison. Et aujourd’hui, j’ai enfin pris le temps de l’accrocher. Originalement, j’avais planifié l’accrocher au-dessus de notre lit, sauf que je n’ai pas encore eu la chance de trouver le cadre parfait pour deux autres petites merveilles (que j’avais planifié accrocher à côté) :

Monsieur mon Mari et moi tenant nos portraits respectifs -- Crédit photo : Tom Nash

Pendant le souper, la fille d’une de mes cousines a entrepris de dessiner nos portraits à Monsieur ma Moitié et à moi. Les détails (pour une jeune fille de sept ans!) sont fantastiques, et les dessins nous ressemblent parfaitement (celui de Monsieur a même la barbe et les lunettes!) — Crédit photo : Tom Nash

J’ai décidé d’attendre un peu et de l’installer directement dans le hall d’entrée:

Avant (désolée de la qualité pouiche des photos...)

Avant (désolée de la qualité pouiche des photos…) — des photos de nos voyages en Irlande et en Angleterre!

Après

Après

J’aurais voulu qu’il y ait plus de contraste entre le cadre et le mur, mais comme ce n’est que temporaire, je me contenterai de ça.  Quand nous les recevrons, la photo du centre (prise par ma merveilleuse photographe de soeur!) sera remplacée par une photo de notre propre mariage.

En attendant, je regarde celles de nos parents et de nos grands-parents et je suis fière de faire partie de leur famille.

Grand-papa Lou et Grand-maman Ghys, lors de leur grand jour, en 1958

Grand-papa Lou et Grand-maman Ghys, lors de leur grand jour, en 1958

Mes grands-parents du côté de mon papa...  64 ans plus tard, j'adore voir de quoi ils avaient l'air le jour où ils se sont dits oui...  ma grand-mère fait très forties, non?

Mes grands-parents du côté de mon papa… 64 ans plus tard, j’adore voir de quoi ils avaient l’air le jour où ils se sont dits oui… ma grand-mère fait très forties, non?

Grand-maman Gaby (du côté de mon mari) le jour de son mariage...  Sa robe!

Grand-maman Gaby (du côté de mon mari) le jour de son mariage… Sa robe!

Les grands-parents maternels de Monsieur mon Mari...  qu'est-ce qu'ils avaient l'air sérieux!

Les grands-parents maternels de Monsieur mon Mari… qu’est-ce qu’ils avaient l’air sérieux!

Encore plus de bricolage!

Mardi passé, voyant que j’étais un peu dépassée par tous les préparatifs pour le mariage, Solen me proposa de venir passer la soirée avec moi afin de faire avancer la partie « crafting » des préparatifs.

N’ayant pas assez de peinture en aérosol ni de peinture à ardoise pour finir la multitude de cadres qu’il me reste à faire, nous avons fini par opter de confectionner de jolis bougeoirs qui trouveront leur place sur les tables.

J’avais été fouiner chez Michael’s, un magasin de matériel de bricolage du côté de l’Ontario, et j’avais déniché une panoplie de rubans qui me faisaient vibrer.  De la dentelle, du ruban de satin, du ruban de jute, du ruban de velours…  Et comme l’a constaté Solen, à la lumière de la palette choisie, je peux difficilement nier que ma couleur préférée est le mauve (quoique ce soit bien malgré moi!).

Nous avons donc décidé d’utiliser lesdits rubans afin de décorer les bougeoirs (préalablement offerts par la belle-soeur de ma soeur).  Rien de bien compliqué ici; simplement de la superposition de rubans et de l’application de colle contact (on pourrait aussi utiliser de la colle chaude, mais comme je n’en avais pas, la colle contact a certainement fait l’affaire!)

Voici donc le résultat:

Bougeoirs!

Bougeoirs!

Alors? Qu’est-ce que vous en pensez?

Un après-midi de bricolage ensoleillé

J’ai rêvé de ce moment depuis le jour où Monsieur a demandé ma main en mariage.  Je parle ici d’une journée passée avec mes demoiselles d’honneur à préparer notre mariage tout en papotant et en partageant de merveilleux moments ensemble. Je pensais que j’allais passer cette journée à cuisiner de délicieuses tartes, mais au final, j’ai passé un après-midi à bricoler des décorations pour le grand jour.

Vous vous souvenez peut-être de ces cadres que j’avais déniché au Marché aux puces de Saint-Michel?

Eh bien, avec l’aide d’un peu de peinture, ils sont devenus de magnifiques écriteaux pour indiquer les plans de tables.

IMG_0067

Coût total pour le projet: 20$ pour les cadres (Marché aux puces St-Michel, dons et magasin Renaissance), 7,49$ pour la peinture dorée en aérosol et 9,99$ pour la peinture à tableau noir, tous les deux chez Omer de Serres

Pour y arriver, nous avons simplement retiré la vitre de chacun des cadres, peint au mini-rouleau de la peinture à tableau sur le « backing », et peint à l’aide d’une canette de peinture dorée le cadre comme tel.

Nous avons aussi profité de l’après-midi pour fabriquer les centres de tables qui seront disposés un peu partout dans la salle de réception.

J’avais une vision particulière de ce que je voulais : je voulais un espèce de terrarium plein de mousse et de pierres, surmontés d’un animal de la forêt doré.

Mais entre avoir la vision et la réalisation, il y a tout un monde, et comme je n’ai pas de grand talent de bricoleuse, j’avais quelques doutes sur la faisabilité de mon projet. Surtout que jusqu’à quelques jours avant notre après-midi de bricolage, je n’avais toujours pas d’animaux de la forêt (merci maman!!)! Évidemment, je m’en faisais pour rien.

Pour les centres de table, nous avons simplement déposé des pierres au fond d’un bocal, nous avons posé de la mousse artificielle, et des cocottes cueillies derrière le chalet du frère de ma merveilleuse amie Eli, et des animaux préalablement peints avec la peinture en aérosol. Et, pour faire un petit clin d’oeil à notre petit côté geek, nous avons caché des figurines de Dongeons et Dragons dans la petite forêt. Je dois dire que je suis fort satisfaite du résultat.

Coût total pour le projet : 0$ pour les bocaux et les pierres (donnés par la belle-soeur de ma soeur!), 0$ pour les cocottes, 6$ en tout pour la mousse, nous avons réutilisé la peinture en aérosol pour les animaux, que ma mère m'a trouvé au Michaels, mais dont je n'ai pas encore le prix...

Coût total pour le projet : 0$ pour les bocaux et les pierres (donnés par la belle-soeur de ma soeur!), 0$ pour les cocottes, 6$ en tout pour la mousse, nous avons réutilisé la peinture en aérosol pour les animaux, que ma mère m’a trouvé au Michaels, mais dont je n’ai pas encore le prix…

Nous en avons également profité pour commencer les marque-places.  Pour ce faire, nous avons simplement pris une étampe, trouvée chez Omer de Serres et nous avons appliqué le modèle sur le côté de la carte.

IMG_0071

Marque-places — cartons et étampe : Omer de Serres; lanterne: IKEA

L’après-midi de bricolage fut suivi d’un pique-nique décontracté au parc Nicolas-Tillemont pour profiter des derniers rayons de soleil de la journée.

Bref, ce fut un grand succès.

De l’importance de prendre des décisions

« Pis? Avez-vous commencé à planifier votre mariage?? »

Cette question, je l’ai entendue des dizaines de fois au cours des derniers mois. En général, mon interlocuteur s’attend à ce que je réponde oui et que je me mette à raconter le dilemme que représente les couleurs de serviettes de table ou à parler du choix musical pour la cérémonie.

Voyez-vous, le Fiancé et moi avons pris toutes les grosses décisions au cours de l’été passé : l’endroit, le photographe, la robe, les célébrants, etc. Mais après ça, plus rien.  Ce n’est pas que l’envie me manquait, bien au contraire, mais nous avions de la difficulté à justifier entreprendre quoi que ce soit, étant donné que le mariage était encore si loin.  Difficile de faire un plan de la salle alors qu’on ne sait même pas qui viendra!  Et à quoi bon envoyer les invitations 9 mois à l’avance?

Or, la semaine passée, j’ai regardé mon calendrier. Dans 6 mois top chrono, je serai une femme mariée.  Monsieur et moi en avons discuté et nous nous sommes dit qu’il serait peut-être temps d’embrayer sur les préparatifs.

Sauf que voilà.  Je n’ai AUCUN problème quand vient le temps de prendre les grandes décisions.  Je n’ai eu aucun problème à dire oui à La Grange, ni à Abelle.  Mais quand je pense à tous les petits détails, toutes les micro-décisions que j’aurai à prendre… je panique un peu.

Je veux faire des tartes pour mon mariage, ça c’est clair.  J’ai déjà hâte de me réunir avec mes demoiselles d’honneur pour une journée popote.  Mais demandez-moi de vous dire quelle sorte de tartes j’ai le goût de servir?  Pas évident.  Et si ce qui nous plaît, au Fiancé et à moi, ne plaît à personne d’autre? Ironie de toutes les ironies, j’ai de la difficulté à m’engager à prendre une décision alors que je me prépare à prendre la plus grande décision de toute ma vie. Bravo.

L’inspiration pour la déco tournera autour du « thème » (je n’aime pas le mot thème dans le contexte d’un mariage, puisque ça évoque en moi des images de mariage où les invités doivent se déguiser, et ce n’est pas du tout ce dont nous avons envie) Pique-nique sylvestre. J’ai dans la tête, des images de forêt enchantée, des oiseaux perchés sur des branches recouvertes de mousse. Je rêve de fleurs sauvages, de lumière feutrée et d’une clairière qui sent bon les branches de pin. J’ai des visions de gens se prélassant sur une panoplie de coussins de toutes les couleurs ou sur des couvertures déposées directement sur l’herbe, de gens jouant au croquet ou au jeu au nom un peu moins coquet de poches.

collage_mariage_revise_0214

1- Jenny Martin Photography via feepeople.com; 2- Brittany Esther via greenweddingshoes.com; 3- theknot.com; 4- thegreenvase.com; 5- Steve Steinhardt via stylemepretty.com; 6- inconnu; 7- fancygoods via Etsy; 8- inconnu

J’ai de bien belles idées, mais je ne sais pas comment les transposer dans la réalité.

Mais bon, tout n’est pas perdu, j’ai quand même déjà trouvé une bijoutière (Audrée de chez Flamme en Rose, sur la recommandation d’une amie) qui me fabriquera une alliance qui ira avec la bague de mon arrière-grand-mère et nous avons ENFIN pris un rendez-vous pour faire le choix de notre menu.

J’ai aussi déniché une jolie paire de chaussures pour le plancher de danse (je veux me trouver une paire de jolis talons pour la cérémonie, question que je ne me donne pas un torticolis à embrasser mon nouveau mari…) :

chaussures

Des paillettes!

Reste maintenant à choisir le jonc de Monsieur, trouver des décorations, créer une playlist pour le mariage, s’informer des modalités administratives, faire un plan de la journée, etc. Heureusement que ma maman nous a créé une jolie liste de tâches à accomplir d’ici le Jour J.

Peut-être que je vais enfin finir par y arriver?